Nantes

%

France

%

Entre 2018 et 2019

*source : magazine Le Point

Qu’est-ce qui explique une telle hausse ?

Pénurie de logements

Le rythme de construction dans l’agglomération ne suite pas l’évolution démographique. Lors de la dernière campagne municipale, chaque candidat a proposé des solutions pour y remédier mais ces solutions sont difficiles à trouver.

Du fait de la limitation de la construction sur des terres agricoles, la solution est donc de densifier l’agglomération en démolissant des maisons pour construire des immeubles. 

Le montant moyen des loyers à Nantes

En location nue, loyer chargé

*source se loger

En location meublée, loyer chargé

*source se loger

Les bailleurs sont en position de force, en moyenne 5.4 dossiers déposés par logement ! *Source Le Point

C’est devenu le parcours du combattant pour les locataires de trouver un logement, même avec un bon dossier.

Pas d’encadrement des loyers

Les loyers ne sont pas encadrés comme à Paris et Lille.

La mairie de Nantes ne s’est pas portée candidate pour l’expérimentation. 

A Paris et Lille, certains propriétaires ne sont pas impactés par l’encadrement. D’autres justifient un loyer élevé en raison d’un niveau de confort supérieur et, ou, d’une prestation exceptionnelle.

Dans les faits, le bailleur respecte l’encadrement des loyers parce que son bien ne pourrait pas être loué plus cher. Sinon, le bailleur justifie le prix plus élevé du loyer.

Marché en flux tendu

L’agglomération nantaise étant en zone tendue, le préavis est de 1 mois, que ce soit en location nue ou en meublé.

Nous constatons que cette mesure, initialement en faveur des locataires, crée un flux tendu dans le marché de la location.

Impossible pour le locataire d’anticiper son changement de location, les logements sont à prendre sur-le-champ.

Marché par type de bien

T1

La demande est très forte sur les studios (T1), majoritairement loués à des étudiants.

Nous constatons qu’une petite partie du parc immobilier n’est pas habité pendant l’été et les périodes de stages car les locataires préfèrent payer un logement plutot que de devoir repartir à la chasse d’un appartement.

Ce phénomène amplifie la pénurie.

T2

Ils sont très demandés par les jeunes travailleurs.

Après les études, habiter dans un T2 marque la fin de la vie étudiante.

Pour le bailleur, c’est valorisant de louer à un jeune qui commence dans la vie active.

Cependant, le locataire va faire des projets de vie et la durée de location est difficilement après deux ans de location.

T3 / T4 / T5

Des familles avec enfants cherchent à se loger mais avec la réglementation qui protège les locataires, de nombreux bailleurs préfèrent louer en colocation à des étudiants ou jeunes travailleurs.

Les maisons à la location sont quasiment introuvables.

Conclusion

Trouver un logement est devenu difficile dans l’agglomération nantaise. La ville est victime de son succès mais cette situation ne doit pas continuer à s’amplifier si on veut pour garder un équilibre entre les locataires et les propriétaires.

La ville se densifie par les nouvelles constructions mais, aussi, par la co-habitation.

La colocation est une solution pour loger davantage de personnes.